50 000 décès d’arrêt cardiaque par an

Défibrillateurs externes : faut-il s’équiper ?  Abonné

Publié le 17/09/2013
Moins de 10 % des officines sont actuellement équipées d’un défibrillateur cardiaque. Pourtant, cet appareil peut être utilisé par tout un chacun depuis 2007. Le coût et la peur de mal faire sont considérés comme des obstacles à l’équipement. Mais de quoi est-on vraiment responsable en cas d’arrêt cardiaque à l’officine ? Et comment orienter son choix parmi les marques de défibrillateur ? Réponses pratiques.

L’ÉLECTROCHOC est venu il y a près de trois ans. Publié le 4 mai 2007, un décret libéralise le recours aux défibrillateurs externes dans les situations d’urgence. C’est une révolution dans la prise en charge de l’arrêt cardiaque. Autrefois, ces appareils étaient l’apanage des équipes de secouristes. Désormais, ils peuvent être utilisés par tout un chacun, dans une version simplifiée. La France tente de rattraper son retard en la matière. Aux États-Unis, cela fait bientôt trente ans que les défibrillateurs sont disponibles et utilisables par tous.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte