Contre le bacille caché dans les macrophages

De nouvelles molécules  Abonné

Publié le 26/11/2009
Dans le cadre d’un travail de recherche réalisé à l’initiative conjointe de l’Institut Pasteur, de l’Institut Pasteur de Corée et de l’INSERM, des chercheurs ont identifié des molécules capables de s’attaquer à la croissance du bacille tuberculeux présent dans les macrophages. Ce qui ouvre des perspectives de nouvelles stratégies antituberculeuses.

CHEZ L’ADULTE ou chez le sujet immunodéprimé, de nombreux cas de tuberculose sont dus à la réactivation endogène d’une infection antérieure, rappelle un communiqué de l’Institut Pasteur, de l’Institut Pasteur de Corée et l’INSERM. « Une des hypothèses les plus communément admises est que cette réactivation est directement liée à la multiplication intracellulaire du bacille. » En effet, contrairement à la plupart des bactéries, Mycobacterium tuberculosis a la capacité de survivre au sein de différents types cellulaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte