Insuffisance ovarienne prématurée

De l’estradiol pour restaurer la fertilité  Abonné

Publié le 23/07/2010
Trois quarts de ces femmes ont encore des follicules ovariens

Trois quarts de ces femmes ont encore des follicules ovariens
Crédit photo : S Toubon

SI L’ESPOIR de porter un jour un enfant n’est pas nul pour les jeunes femmes atteintes d’insuffisance ovarienne prématurée (IOP), puisque près de 5 à 10 % de grossesses surviennent spontanément, il faut le plus souvent avoir recours au don d’ovules. Une étude soutenue par le National Institute of Health suggère qu’un traitement substitutif en estradiol pourrait améliorer le taux de fertilité en cas d’IOP. L’équipe dirigée par le Dr Lawrence Nelson a en effet montré à l’échographie qu’il restait des ovules immatures dans les ovaires de ces femmes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte