Risque chimique

De l’atropine pour les services d’urgence  Abonné

Publié le 23/11/2015

L’alerte terroriste reste au maximum et l’état d’urgence a été prolongé de trois mois. Le gouvernement se prépare à toutes les éventualités, même les pires scénarios ne sont pas écartés. « Je le dis bien sûr avec toutes les précautions qui s’imposent, mais nous savons et nous l’avons à l’esprit, il peut y avoir aussi le risque d’armes chimiques ou bactériologiques », a indiqué jeudi dernier le Premier ministre Manuel Valls devant l’Assemblée nationale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte