Infectiologie

De la chloroquine contre le virus Zika  Abonné

Publié le 27/11/2017
Chez la femme enceinte, le virus Zika provoque des malformations fœtales, notamment des microcéphalies. Des chercheurs ont montré que la prise de chloroquine, antipaludique bien connu, pourrait permettre d’éviter ces effets fœtotoxiques.

Après avoir fait ses preuves comme antipaludique, mais aussi dans la polyarthrite rhumatoïde et le lupus érythémateux, la chloroquine (Nivaquine et génériques) s’attaque à un autre domaine : la lutte contre le virus Zika, qui peut entraîner chez les femmes enceintes des malformations fœtales, notamment des microcéphalies.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte