Dans quelles situations cliniques ?  Abonné

Publié le 20/04/2017
Les médicaments concernés appartiennent à des classes très différentes. Trois catégories de substances photosensibilisantes (chromophores) sont essentiellement responsables d’accidents de photosensibilisation : les antibiotiques, les AINS et les phénothiazines (utilisés comme antipsychotiques, antiémétiques, antitussifs, anti-allergiques). S’agissant des quinolones, les réactions les plus anciennes concernent l’acide nalidixique (qui n’est plus commercialisé), qui est responsable de réactions bulleuses ; actuellement, ce sont les fluoroquinolones qui sont impliquées.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte