Coronavirus : vers une crise de la production des médicaments ?

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 13/02/2020

Selon l'Académie nationale de pharmacie, 80 % des principes actifs utilisés dans les médicaments sont fabriqués hors de l'Europe, et principalement en Asie. La Chine est un très grand pourvoyeur, mais son économie tourne au ralenti depuis plusieurs semaines. Une menace pour l'accès aux médicaments dans le monde ?

L'Académie nationale de pharmacie sonne régulièrement l'alerte face aux effets pervers de la mondialisation et de la délocalisation à outrance. Dès 2011, elle appelait à relocaliser « la fabrication des matières actives pharmaceutiques tenues pour stratégiques au plan de la protection de la santé publique ». Une recommandation, parmi d'autres tout aussi essentielles, qu'elle a réitérée en 2013 pour prévenir les risques de rupture d'approvisionnement et qu'elle répète aujourd'hui face à la menace que constitue l'épidémie de coronavirus (Covid-19) en Chine.

La France, comme l'Europe, « dépend de plus en plus d’usines de fabrication lointaines, dont la fiabilité qualitative, quantitative et dans le temps se révèle souvent problématique », selon l'Académie de pharmacie. En particulier quand il faut faire face à « une catastrophe naturelle ou sanitaire, un événement géopolitique, un accident industriel ». L'épidémie de Covid-19 est la preuve, s'il en fallait, qu'il est urgent et « vital de garantir l'indépendance de notre politique de santé tout en favorisant le maintien des capacités de production existant en France et en Europe afin de mieux garantir la disponibilité des médicaments pour les patients ».

En paralysant l'économie chinoise, le Covid-19 impacte « beaucoup de chaînes de valeur dans beaucoup de secteurs industriels », a reconnu le ministre de l'Économie Bruno Le Maire ce matin. Et n'épargne pas l'industrie du médicament. Or, a-t-il rappelé, « en 2003, quand il y a eu l'épisode de SRAS, la Chine c'était à peu près 8 % de la richesse mondiale, aujourd'hui c'est près de 20 % ». Selon le laboratoire indien Cipla interrogé par le « Financial Times », la matière première « commencera à manquer pour la plupart des laboratoires pharmaceutiques d'ici à la fin du mois, sauf à ce que la production reprenne en Chine ». En outre, alors que l'Inde est le plus grand pourvoyeur mondial en médicaments génériques, le pays se fournit à 70 % en matières premières en Chine… En attendant, face aux difficultés pour se fournir en substances actives, les prix ont déjà augmenté à la source, ce qui risque d'engendrer une forte augmentation du prix du produit fini. Quid des pays où le prix est encadré et peu élevé ?

La plupart des génériqueurs et des fabricants de princeps écartent actuellement tout problème d'approvisionnement. De plus, en Europe, la situation particulière provoquée par le Brexit a poussé les industriels à augmenter leurs capacités de stockage habituelles, « procurant une assurance supplémentaire face à l'épidémie de Covid-19 ». Les 27 ministres européens de la Santé ont néanmoins alerté, aujourd'hui, sur de possibles problèmes d'approvisionnement en médicaments et équipements de protection en provenance de Chine. Selon la ministre de la Santé française, Agnès Buzyn, « la plupart des fabricants des équipements (de protection) sont situés en Chine et sont eux-mêmes en rupture de stock ».


Source : lequotidiendupharmacien.fr