Elle réveille les neurones osmosensoriels

Comment l’horloge interne garantit une nuit sans boire ni uriner  Abonné

Publié le 21/03/2010
Durant le sommeil (phase tardive), le corps libère dans le sang une quantité accrue d’hormone antidiurétique (ADH) ou vasopressine, ce qui réduit la production d’urine, évite la polyurie nocturne et maximise la conservation d’eau à un moment ou l’apport d’eau est supprimé. Une étude éclaire maintenant comment notre horloge centrale commande cette libération accrue de vasopressine durant la phase tardive du sommeil : elle excite les neurones de vasopressine en « réveillant » les afférents osmosensoriels.
La production d’urine réduite de 50 %

La production d’urine réduite de 50 %
Crédit photo : PHANIE

« C’EST LA PREMIÈRE DESCRIPTION d’un mécanisme fonctionnel au moyen duquel notre horloge centrale peut réguler la fonction d’un circuit défini au sein du cerveau, déclare au “Quotidien” le Pr Charles Bourque de l’université Mc Gill (Montréal, Canada). Il reste a déterminer si notre horloge contrôle de manière similaire d’autres circuits centraux. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte