Alzheimer

Comment agit le stress chronique  Abonné

Publié le 02/04/2012
Une moindre solubilité des protéines tau

Une moindre solubilité des protéines tau
Crédit photo : PHANIE

?LES SUJETS STRESSÉS ont plus de risque de développer une maladie d’Alzheimer. Le constat a déjà été fait, mais sans que l’on comprenne pour autant les mécanismes physiopathologiques. Des chercheurs de San Diego viennent de montrer chez la souris que des stress répétés augmentent la production et l’accumulation d’agrégats de protéine tau. Ce mécanisme pourrait expliquer au moins en partie les effets du stress. Ces dépôts neurofibrillaires aberrants au niveau des neurones sont en effet caractéristiques de la maladie dégénérative.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte