Clinique  Abonné

Publié le 05/09/2016

S’il est théoriquement possible de différencier les types de dermatites de contact par l’examen clinique, le contexte et la sensibilité aux tests cutanés (tableau II), cette distinction reste souvent délicate en pratique, car, malgré leurs différences, les diverses formes de lésions sont volontiers intriquées : la séparation irritation/allergie reste conceptuelle ici, tout comme la dichotomie entre immunité innée et adaptative.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte