Chez le médecin  Abonné

Publié le 20/06/2016

Le diagnostic est d’abord basé sur l’interrogatoire : existence d’une plainte fonctionnelle et/ou esthétique, antécédents (notamment familiaux d’insuffisance veineuse), obésité, sédentarité, tabagisme…

Puis le médecin recherchera, en position debout, les signes cliniques évoqués ci-dessus. Il palpera les pouls et réalisera un examen neurologique simple.

Parmi les examens complémentaires, le Doppler continu et l’écho-Doppler continu qui sont les examens de choix, permettent de confirmer le diagnostic et de préciser le mécanisme de l’insuffisance veineuse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte