Des idées reçues qui font mal

Changer le regard sur les malades atteints de psoriasis  Abonné

Publié le 03/02/2011
Afin de mieux cerner les idées reçues circulant autour du psoriasis et des malades qui en sont atteints, Leo Pharma a fait réaliser par IPSOS une étude auprès des patients et de leur entourage. Pour faire évoluer les mentalités, il lance un programme au long cours, « fi-du-pso », et s’engage aux côtés d’un groupe d’experts et de l’association pour la lutte contre le psoriasis (APLCP).
Une maladie qui met mal à l’aise les médecins, les patients et leur entourage

Une maladie qui met mal à l’aise les médecins, les patients et leur entourage
Crédit photo : BSIP

D’APRÈS les résultats d’une étude qualitative conduite à l’automne 2010 par IPSOS, le psoriasis est perçu comme une affection à part, bizarre, incomprise. Elle est assimilée à une maladie honteuse, une forme de peste moderne. L’entourage du malade a le sentiment d’être dépassé ; mais, avec l’habitude, il ne se pose plus de questions, il fait « avec ». Le malade est marginalisé. La contagion et le risque de transmission sont les deux angoisses immédiates et instinctives ressenties en présence d’une personne atteinte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte