Petites molécules, greffe fécale...

Changements de paradigme dans les MICI  Abonné

Par
Dr Sophie Parienté -
Publié le 03/01/2019
La prise en charge thérapeutique actuelle des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin intègre des molécules innovantes, des nouvelles classes moléculaires et des biomarqueurs.

Dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), l’objectif thérapeutique n’est plus seulement la rémission symptomatique mais aussi la cicatrisation complète et durable des lésions intestinales « pour diminuer la fréquence des complications intestinales mécaniques ou cancéreuses », indique le Pr Laurent Beaugerie, gastro-entérologue à l’hôpital Saint-Antoine, à Paris. S’il y a moins d’interventions chirurgicales, les patients développent davantage de cancers digestifs, ce qui justifie un traitement maximal par immunosuppresseurs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte