À la recherche d’un idéal esthétique qui ne rime pas avec allergie

Ces soins esthétiques, cauchemar de l’allergologue  Abonné

Par
Christine Nicolet -
Publié le 11/05/2015
Injections d’acide hyaluronique, tatouages, colorations capillaires, pose de faux ongles, l’engouement pour les soins à visée esthétique va de pair avec l’augmentation des allergies cutanées. On sait en effet que toute substance étrangère introduite dans la peau est susceptible d’induire une réaction d’hypersensibilité immédiate ou retardée.

VÉRITABLE PHÉNOMÈNE de société, la demande de traitement anti-âge a entraîné l’augmentation spectaculaire du nombre de produits de comblement injectables biodégradables, ou fillers, essentiellement à base d’acide hyaluronique (AH). Les produits non dégradables ne sont plus utilisés. Les produits volumateurs utilisés seuls ou en complément des fillers, pour sculpter le visage et restaurer les fontes graisseuses, sont dominés par les AH fortement réticulés, l’hydroxyapatite de calcium et l’acide polylactique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte