Traitement précoce contre le VIH

Ce que préconise l’étude START  Abonné

Publié le 04/06/2015
Après l’essai français ANRS Temprano, l’essai international START enfonce le clou. Un traitement antirétroviral chez tout sujet séropositif quel que soit le taux de CD4 diminue le risque de comorbidités. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui se réunit la semaine prochaine, ne devrait pas tarder à emboîter le pas aux recommandations européennes.

LE SEUIL de mise sous traitement antirétroviral (ARV) n’est définitivement plus. Avec l’essai international START mené chez 4 865 sujets séropositifs dans 35 pays, qui fait directement écho au récent essai français ANRS 12136 Temprano, « il est très clairement montré qu’il existe des bénéfices à débuter le traitement ARV précocement quel que soit le niveau de CD4 chez tous les sujets séropositifs asymptomatiques », commente le Pr Jean-François Delfraissy, immunologiste clinicien et directeur de l’Agence nationale de recherches sur le SIDA et les hépatites virales (ANRS).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte