Les premiers jours sans Di-Antalvic

Causes et effets d’un retrait discuté  Abonné

Publié le 07/03/2011
Le 1er mars, tous les médicaments contenant du dextropropoxyphène (DXP) ont été officiellement retirés des rayons des officines. Ce retrait annoncé fait suite à une décision européenne quelque peu discutée par les autorités de santé françaises. Outre sa légitimité, cette mesure pose nombre de questions. Quelles sont les alternatives thérapeutiques au DXP ? Pourquoi ce retrait est-il intervenu 6 mois avant la date butoir fixée par l’Europe ? L’affaire Mediator a-t-elle joué un rôle dans cette décision ? Le « Quotidien » a mené l’enquête.
Quarante-quatre millions d’unités de dextropropoxyphène ont encore été vendues en 2010

Quarante-quatre millions d’unités de dextropropoxyphène ont encore été vendues en 2010
Crédit photo : phanie

• Quelles alternatives pour les patients ?

Le retrait du marché des spécialités à base de dextropropoxyphène (DXP) s’accompagne de recommandations quant aux alternatives thérapeutiques à envisager. Ne soyez donc pas surpris de voir atterrir des ordonnances d’un nouveau type sur vos comptoirs… Ainsi, en cas de douleurs aiguës nociceptives, c’est le paracétamol à dose optimale qui prime désormais en première intention. Si la sensation douloureuse est modérée, voire intense, un anti-inflammatoire non stéroïdien (à dose antalgique) en traitement court fera l’affaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte