Cannabis : l’Académie de médecine souhaite un encadrement plus strict

Publié le 26/03/2014

L’Académie de médecine alerte sur les méfaits sous-estimés du cannabis. « Les Français, enfants comme parents, pensent à tort que le fait d’en consommer n’est pas grave, et il existe une sous information sur les conséquences à court, moyen et long terme de cette drogue qui est loin d’être douce », alerte Richard Delorme, pédopsychiatre à l’hôpital Robert Debré, à Paris. L’usage du cannabis perturbe les fonctions cognitives, en particulier à l’âge des acquisitions scolaires. Il peut induire des troubles anxieux et dépressifs, entraîner ou aggraver des troubles psychotiques, et faciliter la consommation d’autres drogues. De plus, ce fléau sévit surtout en France, qui est le plus gros consommateur d’Europe, avec 1,3 million d’usagers réguliers et 550 000 consommateurs quotidiens. Pour l’Académie de médecine, il est urgent de prendre des mesures gouvernementales afin de limiter cette consommation. Premièrement, des campagnes d’information sur les dangers du cannabis et des cannabinoïdes de synthèse doivent être mises en œuvre auprès des adultes comme des enfants. Deuxièmement, les établissements de soins psychiatriques et les prisons doivent veiller à éviter toute forme de commerce ou consommation. Troisièmement, des mesures doivent être inscrites dans la loi pour empêcher, dans des boutiques, ou via l’internet, l’achat de matériels de culture, de semences, de cannabinoïdes de synthèse, etc. Enfin, en matière de sécurité routière, une surveillance toute particulière doit viser à mieux prévenir et sanctionner la conduite de tout véhicule sous l’empire du cannabis et des cannabinoïdes.


Source : lequotidiendupharmacien.fr