Cancers et anomalies sexuelles : les preuves s’accumulent contre certains polluants

Par
Christophe Micas -
Publié le 09/06/2015

Les Prs Nicolas Kalfa (chirurgie pédiatrique) et Charles Sultan (endocrinologie pédiatrique), du Centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Montpellier, viennent de publier une étude montrant que les femmes exposées à différents polluants (solvants, détergents et pesticides…) pendant la grossesse ont un risque nettement accru d’avoir des garçons atteints de malformations génitales (hypospadias).

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)