Mieux cibler le dépistage du cancer

Calvitie à 20 ans, prostate à risque  Abonné

Publié le 21/02/2011
Une étude française a mis en évidence qu’une alopécie précoce augmente le risque

D’UNE PIERRE deux coups. Une équipe française dirigée par le Pr?Patrice Giraud, radiothérapeute à l’hôpital européen Georges-Pompidou (Paris), prend à bras le corps deux grandes angoisses masculines, la calvitie et le cancer de la prostate. Les résultats de leur étude vont jusqu’à suggérer qu’un traitement par inhibiteur de la 5-alpha réductase, le finastéride, pourrait être efficace en prévention de ces deux phénomènes androgéno-dépendants chez les très jeunes hommes perdant leurs cheveux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte