SÉCURITÉ SANITAIRE

Attention  Abonné

Publié le 18/06/2009

L’an dernier, 32 cas d’eczéma allergique lié à des tatouages éphémères noirs à base de henné ont été rapportés, contre 17 en 2007 (hausse due en partie à la campagne d’information menée en 2008, qui a permis un meilleur signalement). Il s’agissait en majorité de femmes, âgées de 17 ans en moyenne, et, dans 12  cas, d’enfants de 4 à 12 ans. La pratique reste courante, constate l’AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé), qui réitère sa mise en garde à l’approche de l’été.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte