Arrêt de traitement : quel impact ?  Abonné

Publié le 05/07/2010

L’observance aux antirétroviraux est essentielle pour éviter l’apparition de résistances au traitement et une moindre efficacité des schémas thérapeutiques. Il est fortement conseillé de ne jamais interrompre la prise du ou des médicaments, même pendant quelques jours. Le risque est lié à la demi-vie du médicament. Pour les inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (INNTI), elle est longue : plus de 48 heures pour l’éfavirenz et de 30 heures environ pour la névirapine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte