Chez des sujets génétiquement prédisposés

Alzheimer, des signes vingt ans plus tôt  Abonné

Publié le 12/11/2012
Existe-t-il des marqueurs précoces de la maladie d’Alzheimer (MA) ? Deux études publiées simultanément par la même équipe dans « The Lancet Neurology » apportent des réponses sur une population sélectionnée parce que génétiquement prédisposée à cette démence. L’une montre qu’il existe des modifications cérébrales structurelles et fonctionnelles contemporainesd’un excès de production du peptide amyloïde dans le plasma et le LCR, près de vingt ans avant les premiers signes cliniques de la maladie. L’autre identifie et localise en IRM une accumulation précoce de fibrilles amyloïdes, vers l’âge de 28 ans, de 6 à 11 ans avant les symptômes attendus. Ces résultats ouvrent des pistes de prévention.
De nouvelles pistes pour la prévention

De nouvelles pistes pour la prévention
Crédit photo : S TOUBON

POUR SAVOIR quelles sont les premières modifications observables chez des sujets prédisposés à la MA, Éric M. Reiman et coll. (Banner Alzheimer’s Institute, Arizona, États-Unis) se sont intéressés à une population sélectionnée, recrutée au sein du registre Alzheimer de l’université Antioquia, à Medellín, en Colombie, qui inclut 1 500 patients dont 30 % sont porteurs d’une mutation responsable d’une forme autosomique dominante de la MA.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte