Exposition in utero aux pollens

Allergie au lait et à l’œuf  Abonné

Publié le 28/10/2010
Un constat qui reste encore inexpliqué

Un constat qui reste encore inexpliqué
Crédit photo : S TOUBON

LE FAIT est connu, mais apparemment inexpliqué. Les enfants nés en automne ou en hiver ont souvent plus d’allergies alimentaires (entre autres) que les autres. Y a-t-il une origine gestationnelle à ce phénomène?? se sont demandé des chercheurs finlandais d’Oulu. Kaisa Pyrhönen et coll. ont donc lancé une vaste étude de cohorte fondée sur la population dans le sud-est de leur pays, en Karélie. L’idée étant de rechercher une relation entre la présence de pollens et cette allergie alimentaire ultérieure. L’hypothèse de départ s’est révélée exacte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte