Traitement chronique : quid des conservateurs ?  Abonné

Publié le 09/05/2014

Présents dans de nombreux collyres multidoses, les conservateurs (ammoniums quaternaires, au premier rang desquels le chlorure de benzalkonium, le plus utilisé, les dérivés organomercuriels comme le thiomersal, les amidines comme la chlorhexidine, les dérivés alcooliques comme le chlorobutanol, les parabens, les dérivés hydrochlorés/oxychlorés…) sont destinés à maintenir la stérilité des collyres après ouverture du flacon (efficacité d’ailleurs non totale). De fait, la contamination microbienne des collyres est un facteur de risque de kératite microbienne.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte