À retenir  Abonné

Publié le 09/05/2014

- Bien que considéré comme faible, le risque d’un passage dans la circulation générale des principes actifs utilisés par voie oculaire doit être pris en compte, tant pour les contre-indications qu’en ce qui concerne les éventuels effets indésirables.

- Une bonne tolérance locale est indispensable à une bonne observance.

- Attention aux effets indésirables survenant tardivement, même après un délai de plusieurs années.

- Ainsi qu’au possible impact des conservateurs, qui peut, lui aussi, être retardé.


Source : Le Quotidien du Pharmacien: 3091