Le point de vue de l’UTIP  Abonné

Publié le 14/04/2014

En France, la dépense médicale totale des soins de ville des asthmatiques est une fois et demie supérieure à celle des non-asthmatiques, ceci en raison de leur asthme, du niveau de contrôle de leurs symptômes, mais aussi d’autres maladies plus fréquentes chez eux. Six asthmatiques sur dix ont leurs symptômes insuffisamment contrôlés et seuls 12,5 % d’entre eux ont consulté un pneumologue de ville. Un tiers des asthmatiques n’a eu aucun traitement antiasthmatique…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte