Le point de vue de l’UTIP  Abonné

Par
Danielle Roquier Charles -
Publié le 03/11/2014

Depuis ces vingt dernières années, on assiste à une forte augmentation de la prévalence des infections fongiques, et nous sommes souvent confrontés à des patients présentant des mycoses superficielles cutanéomuqueuses, notamment des onychomycoses. Un certain nombre de messages doivent être transmis à ces patients, notamment le fait que l’onychomycose à dermatophytes ne guérit jamais spontanément et que l’absence de traitement entraîne un risque de contamination et de diffusion de la maladie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte