Vasoconstricteurs par voie orale

L'ANSM compte sur le pharmacien  Abonné

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 17/12/2019
À défaut d'un relistage des médicaments contenant un vasoconstricteur, l'agence du médicament multiplie les actions pour renforcer la sécurité des patients et réduire les risques d'effets indésirables de ces spécialités sans ordonnance.

Face à un mésusage persistant des médicaments contenant un vasoconstricteur et des cas d'effets indésirables rares mais graves (en particulier cardiovasculaires et neurologiques), l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonce, ce mardi 17 décembre, qu'elle renforce ses actions de réduction du risque en misant sur le pharmacien.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte