Ce qu’il faut savoir sur le Covid-19 et les animaux de compagnie

Le virus, mon chien et moi

Par
Dr Florence Le Sueur -
Publié le 07/04/2020
Depuis le début de l’année, l’épidémie de Covid-19 impacte notre vie quotidienne. Ce virus issu d’un animal sauvage peut-il être transmis par nos animaux domestiques ? Pouvons-nous leur transmettre ? Quelles sont les précautions à prendre en cette période de confinement ?
chien couple

chien couple
Crédit photo : SPL/PHANIE

• Actuellement il n’y a aucune preuve de transmission à l’homme du SARS-CoV-2 par les animaux de compagnie.

Les coronavirus sont des virus à ARN divisés en 4 grandes classes : α-, β-, γ- et δ- coronavirus. Les γ- et δ-coronavirus sont plutôt des coronavirus aviaires. Les coronavirus du chat (responsable notamment de la péritonite infectieuse féline) et du chien sont des α-coronavirus. Les virus SARS-CoV (responsable de l’épidémie de SRAS en 2003) et SARS-CoV-2 (responsable du Covid-19) sont des β-coronavirus du sous-groupe des sarbecovirus tout comme de nombreux coronavirus de la chauve-souris. Aucun sarbecovirus n’a jamais été encore détecté chez des animaux domestiques (de rente ou de compagnie), et il n’existe pour le moment aucune preuve de contamination de l’homme par le chien ou le chat.

• La contamination d’animaux de compagnie par un homme atteint de Covid-19 est très rare.

À ce jour, seuls trois cas de contamination ont été déclarés à l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) : deux chiens (Hong Kong) et un chat (Belgique) dont les propriétaires étaient infectés par le Covid-19. Les tests PCR effectués chez les 2 chiens se sont avérés faiblement positifs et un des deux chiens est séropositif (signe d’une infection véritable), mais aucun n’a présenté de symptômes. Le chat, qui a présenté des symptômes digestifs et respiratoires (mais est maintenant rétabli) a fait l’objet d’un test PCR positif (mettant en évidence l’ARN viral et non pas le virus vivant). Il est nécessaire d’attendre les résultats de la sérologie, mais à ce jour, aucune preuve ne permet de relier ses symptômes au SARS-CoV-2. Aux États-Unis et en Corée, 4 000 animaux ont été testés entre le 14 février et le 13 mars 2020 pour savoir si le virus circulait chez les animaux de compagnie. Tous les résultats sont négatifs. En conclusion, en l’état actuel des connaissances, les scientifiques soulignent que le SARS-CoV-2 est adapté à l’homme avec une transmission interhumaine efficace (taux de reproduction entre 2 et 3), mais son passage de l’homme vers une autre espèce animale semble peu probable.

• Quelles mesures prendre si une personne infectée possède un animal de compagnie ?

L’Académie Nationale de Médecine rappelle qu’il faut respecter les principes d’hygiène et de bon sens visant à éviter tout contact entre une personne infectée et son animal de compagnie. L’Association française des vétérinaires des animaux de compagnie (AFVAC) précise que cette mesure ne repose pas sur le risque de transmission possible du virus à l’animal mais sur la stabilité du virus dans le milieu extérieur, l’animal étant dans ce cas considéré comme un « support » au même titre, par exemple qu’un vêtement. Il faut donc :

- Respecter les règles de distanciation et laisser si possible une autre personne s’occuper de l’animal

- Éviter tout léchage en particulier du visage et des mains et se laver les mains avant et après tout contact avec son animal.

- Si une autre personne s’occupe de sortir l’animal, lui mettre à disposition une laisse et un collier non touchés par le sujet malade.

- Ramasser et jeter les déjections laissées par le chien ; changer très souvent la litière du chat.

- Respecter les règles de distanciation sociale lors de la promenade de l’animal.

En France les animaux des personnes contaminées ne sont pas mis en quarantaine et peuvent rester avec leur maître. Le dépistage des animaux de compagnie n’est pas à l’ordre du jour, celui-ci devant être réservé à la gestion des patients humains.

• Pour conclure

Le réservoir du SARS-CoV-2 est un animal sauvage (certainement la chauve-souris ou/et le pangolin) mais le virus est bien adapté à l’homme. Il est fort peu probable qu’il puisse contaminer nos animaux de compagnie. Nous pouvons donc continuer sans crainte à partager les moments de confinement avec eux. Toutefois le respect strict des mesures d’hygiène (lavage des mains avant et après tout contact avec l’animal, pas de léchage du visage et des mains, ne pas dormir avec son animal…) et de la distanciation sociale lors des promenades doit être de rigueur comme pour toute interaction entre deux personnes.

Dr Vet. Florence Almosni-Le Sueur

Source : Le Quotidien du Pharmacien: 3593