PHARMACOLOGIE

L’apport des grands singes  Abonné

Publié le 12/12/2011

De nouvelles molécules à activités pharmacologiques ont été découvertes à partir de plantes utilisées par les chimpanzés sauvages du parc national de Kibale, en Ouganda, a expliqué la vétérinaire Sabine Krief (Muséum d’histoire naturelle) lors d’une séance de l’Académie de médecine consacrée aux grands singes. Les observations, conduites en continu depuis douze ans, confirment que ces plantes sont sélectionnées par des animaux malades et ne sont ingérées que dans ce contexte, soutenant l’hypothèse de l’existence de comportements d’automédication chez les grands singes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte