ART VÉTÉRINAIRE

La libido de l’alligator  Abonné

Publié le 22/03/2012
Concerto pour un coït

Concerto pour un coït
Crédit photo : AFP

REPÉRER, traduire, puis traiter les souffrances animales, tel est le défi quotidien du vétérinaire. Au zoo Maruyama de Sapporo, au nord du Japon, deux alligators ont la libido en berne. Après une longue et féconde lune de miel - trois naissances en 2001, 2008 et 2009-, Susu et Yoyo ne se regardent plus. Pour réveiller l’appétit sexuel des grands reptiles, leurs soigneurs ont eu l’idée de frapper en cadence sur de grands tambours japonais appelés « taiko ». Le battement sourd de ces instruments évoquerait en effet à s’y méprendre les cris poussés par les alligators au moment du coït.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte