Dispensation au comprimé près

Une expérimentation en quête d’unité  Abonné

Publié le 03/07/2014
Refusant d’encourager une expérimentation qui relègue le pharmacien d’officine au rôle de simple distributeur de médicaments, l’Union régionale des pharmaciens d’Ile-de-France (URPS), s’oppose fermement à l’expérience de dispensation à l’unité d’antibiotiques. Les trois autres URPS concernés par le projet sont, en revanche, moins catégoriques.
Les URPS sont divisées sur la délivrance à l’unité des antibiotiques

Les URPS sont divisées sur la délivrance à l’unité des antibiotiques
Crédit photo : DR

« LE PHARMACIEN est le spécialiste du médicament et le garant de son bon usage. Ses compétences pourraient permettre d’améliorer la prévention, le dépistage, ou encore l’observance, plutôt que de manier une paire de ciseaux. » Avec ce discours, le président de l’URPS d’Ile-de-France, Renaud Nadjahi, souhaite affirmer l’opposition des pharmaciens franciliens à l’expérimentation de la dispensation à l’unité d’antibiotiques. Souhaitée par le ministère, elle doit se dérouler dans 100 officines de quatre régions, pendant un an.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte