Fermetures d’officines

Quand l’épicier prend le relais du pharmacien  Abonné

Par
Marie Bonte -
Publié le 03/11/2016
Au Pecq, dans les Yvelines, Rachid Kaddimi, l’épicier, a pris le relais de Laurence Paquereau, la pharmacienne qui, l'été dernier, a dû fermer définitivement son officine. L'épicier se rend régulièrement à la pharmacie la plus proche pour y retirer les médicaments des personnes qui ne peuvent pas se déplacer.

Quand la majorité des commerces ont baissé le rideau et avec eux, la pharmacie, les rares commerçants qui restent, tentent de maintenir le fil ténu de la vie de quartier.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte