Plateforme de suivi des masques : trois régions pas concernées

Par
Marie Bonte -
Publié le 10/04/2020
masque

masque
Crédit photo : Phanie

Dans les régions Grand Est, PACA et Ile-de-France, les pharmaciens détiennent déjà leur propre système de traçabilité de la répartition des masques. Ils ne sont donc pas concernés par la plateforme de suivi mise en place par l’assurance-maladie, visant à gérer les approvisionnements en masques chirurgicaux et FFP2 du stock de l’État et du stock des ARS.

Bien avant que l’assurance-maladie ne mette en service sa plateforme de suivi le 9 avril, soit un jour plus tard que ce qu’avait annoncé la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), les pharmaciens de trois régions (Grand Est, Ile-de-France, PACA) avaient créé leur propre système permettant la traçabilité de la répartition des masques aux professionnels de santé.

Par exemple, l’URPS Ile-de-France avait ouvert à l’interprofessionnalité son dispositif au travers de son application monpharmacien-idf.fr. Ou encore, dans le Grand Est, les pharmaciens dans leur quasi-totalité ont rejoint le système Distrimasques, permettant aux professionnels de santé de s’inscrire puis de s’approvisionner dans la pharmacie de leur choix. Par conséquent, dans ces régions, le téléservice de gestion des approvisionnements et du stock de masques chirurgicaux et FFP2 provenant du stock État et du stock ARS, mis en place par l’assurance-maladie est superflu.

En effet, comme le précise la FSPF dans un communiqué, « ce dispositif a vocation à répondre à une demande des régions dépourvues de tout système ». En pratique, selon le syndicat, le pharmacien se connecte à ce téléservice, accessible depuis la page d’accueil de la plateforme amelipro, grâce aux identifiants de son compte amelipro. Il s’agit alors « de tracer simplement les délivrances de ces masques aux personnes éligibles selon les consignes du ministère de la Santé au moyen de leur numéro de Sécurité sociale (NIR) ». Ainsi, il sera possible de savoir si le professionnel de santé qui se présente à l’officine a déjà reçu sa dotation hebdomadaire de masques en saisissant son NIR. De même, l’historique des délivrances effectuées par l’officine sera visible via un tableau de bord. Autre avantage, le système permet de connaître l’état des stocks des pharmacies à proximité afin d’orienter les professionnels en cas de rupture dans son officine.


Source : lequotidiendupharmacien.fr