Pénurie de vaccins BCG et coqueluche

Pas de risque de rupture pour les enfants à risque  Abonné

Par
Publié le 09/04/2015
Les vaccins contre la tuberculose (BCG) et la coqueluche connaissent des tensions d’approvisionnement depuis fin 2014. Face aux risques sanitaires que pourraient engendrer de telles pénuries, les autorités sanitaires ont pris des mesures pour assurer la meilleure couverture vaccinale possible. Et, au final, la France ne devrait connaître aucune rupture de stock franche. Un retour à la normale est même prévu avant la fin de l’année.

C’EST UN PARADOXE. Les vaccins sont souvent critiqués. Mais quand ils viennent à manquer, l’angoisse monte dans la population. Au comptoir, il faut rassurer, alors même que l’on a rarement de visibilité sur leur retour dans le circuit de distribution. C’est exactement la situation à laquelle sont confrontés les pharmaciens depuis plusieurs mois avec les tensions d’approvisionnement rencontrées sur les vaccins BCG et coqueluche.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte