Une pratique menacée par de nouvelles contraintes

La préparation passée au pilon  Abonné

Publié le 28/05/2015
Depuis le 16 mai, il n’est plus possible d’exécuter à l’officine certaines préparations anticancéreuses si aucune demande n’a été effectuée avant cette date auprès de l’ARS. Une contrainte supplémentaire qui pourrait porter un coup fatal à l’ensemble des préparations jusqu’à présent réalisées en pharmacie.

DE NOUVELLES restrictions pèsent sur les préparations magistrales. Tout pharmacien souhaitant exécuter des préparations pouvant présenter un risque pour la santé, c’est-à-dire à base de substances cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction (CMR), a dû en faire la demande avant le 16 mai auprès de son agence régionale de santé (ARS). Il en est de même pour les préparations pédiatriques réservées au moins de douze ans, à l’exception des celles à appliquer sur la peau.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte