Coïnfections VIH/VHB  Abonné

Publié le 03/03/2014

Celles-ci sont plus graves et plus difficiles à traiter.

Alors que l’hépatite B a sans doute peu d’impact sur l’infection VIH, cette dernière accélère et aggrave l’histoire naturelle de l’hépatite B chronique.

La marche vers la fibrose est plus rapide, le risque de décompensation d’une cirrhose plus élevé ainsi que d’une survenue plus précoce d’un cancer hépatique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte