Bilan partagé de médication

Une nouvelle mission à l'épreuve de la technologie  Abonné

Par
Publié le 25/03/2019
Plus d’un an après le lancement du bilan partagé de médicament, le mouvement peine à s’amorcer. Cette frilosité relèverait, selon les pharmaciens, de la complexité administrative qui entrave la déclaration de cette nouvelle mission à l’assurance-maladie.

Les pharmaciens étaient pourtant bien partis et s’étaient inscrits en grand nombre aux formations. Mais aujourd’hui quinze mois après son démarrage, force est de constater que le dispositif connaît quelques freins. Résultat : sur la seule année 2018, alors que l’accord conventionnel en prévoyait 400 000, à peine 20 000 bilans partagés de médication ont été menés, selon les estimations. Ce début d’année ne semble pas plus florissant.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte