Violences conjugales et familiales

Le pharmacien premier recours : l'exemple de la Nouvelle-Aquitaine

Par
Publié le 05/05/2020
L’augmentation des violences familiales, favorisée par le confinement, a propulsé le pharmacien dans un rôle de premier recours. Une nouvelle mission qu’il pourrait conserver après la crise sanitaire. Témoignages en Nouvelle-Aquitaine.
Chaque année en France, 220 000 femmes sont victimes de violence conjugale

Chaque année en France, 220 000 femmes sont victimes de violence conjugale
Crédit photo : phanie

Mercredi 22 avril, Hervé Jonathan, sous-préfet de Bayonne, a choisi la pharmacie de Pierre Béguerie*, à Bidart (Pyrénées-Atlantiques), pour rappeler devant la presse que le pharmacien est un premier recours pour les victimes de violences familiales.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)