Communication vers le grand public

L’Ordre décidé à faire le ménage  Abonné

Publié le 10/09/2009
Après Giphar, le groupe PHR vient de recevoir une assignation en justice liée à sa campagne de communication. Le siège de PHR et du concepteur de la campagne (Publicis), ainsi que de deux pharmacies parisiennes sous enseigne Viadys et Pharmaréférence, ont été perquisitionnés à la demande de l’Ordre des pharmaciens.
Pour l'Ordre " Il n'est pas possible de promouvoir un nombre limité de pharmaciens »

Pour l'Ordre " Il n'est pas possible de promouvoir un nombre limité de pharmaciens »
Crédit photo : S. TOUBON

L'affiche contestée

L'affiche contestée

JEUDI dernier, des huissiers frappent à la porte du groupe PHR, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) armés d’une ordonnance sur requête. Une perquisition en bonne et due forme commence. Le but : photographier l’ensemble de la publicité en faveur du groupe PHR et de ses marques, réunir tout exemplaire ou support de publicité en sa faveur, tout document sur les conditions de mise en œuvre de la publicité, toute pièce liée au club Pharmadys* et aux offres spéciales proposées aux patients.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte