Communication des groupements

Les paradoxes de la justice  Abonné

Publié le 20/12/2010
Menée fin 2008, la campagne de communication de Giphar est jugée illicite et discriminatoire à l’égard des autres pharmaciens. Le groupement fait appel de la décision. Dans le même temps, une nouvelle campagne d’Evolupharm débute à la télévision, sans risque de poursuites pour le groupement. Explications.

LE TRIBUNAL de grande instance de Paris a tranché. Le 23 novembre dernier, il reconnaît le caractère publicitaire illicite et discriminatoire de la campagne du groupement Giphar, orchestrée en décembre 2008. Employant le comédien Richard Berry, cette communication était présente à la radio et dans les grands titres de la presse nationale. Relayée dans 1 100 officines de l’enseigne, elle vantait le conseil pharmaceutique personnalisé que les clients peuvent y trouver. En juillet 2009, pourtant, le jugement en référé avait débouté l’Ordre des pharmaciens, à l’origine de l’assignation.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte