Il avait sous-dosé plus de 60 000 préparations de chimiothérapie

Allemagne : début du procès du « pharmacien de la mort »  Abonné

Par
Denis Durand de Bousingen -
Publié le 23/11/2017
Incarcéré depuis fin 2016, un pharmacien de Bottrop, dans la Ruhr, est accusé d’avoir, par appât du gain, sous-dosé les préparations cytotoxiques de plus d’un millier de patients, causant la mort de plusieurs d’entre eux. Le procès de celui que la presse surnomme « le pharmacien charlatan » ou, plus crûment, « le pharmacien de la mort », s’est ouvert lundi à Essen et durera jusqu’en janvier.
Allemagne

Allemagne
Crédit photo : dr

Allemagne

Allemagne
Crédit photo : dr

Respectable titulaire d’une imposante pharmacie du centre-ville de Bottrop, Peter S. était, avant le scandale, un parfait notable très investi dans la vie de sa cité, soutenant généreusement plusieurs associations de bienfaisance. Ses ennuis ont commencé lorsque son comptable s’aperçut qu’il facturait aux caisses de maladie, depuis 2012, près de trois fois plus de substances cytotoxiques, destinées aux chimiothérapies à domicile, qu’il n’en commandait réellement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte