Affaire des ristournes au Québec : les pharmaciens plaident coupables

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 04/09/2015

L’affaire avait été rendue publique en février. Plus de 300 pharmaciens affiliés à l’enseigne Proxim ont touché des ristournes interdites de la part du plus grand distributeur pharmaceutique américain, McKesson, dont la filiale canadienne a racheté Proxim en 2008. McKesson a en effet instauré un programme incitant le pharmacien à favoriser la vente de certains médicaments en échange d’avantages. Une pratique inacceptable pour l’Ordre des pharmaciens québécois qui a découvert le pot aux roses et rappelle que « le seul intérêt qui doit primer est l’intérêt du patient ».

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)