DPC

Un dispositif lourd selon les libéraux  Abonné

Publié le 05/12/2013

SEPT syndicats de professionnels libéraux, dont l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) dénoncent dans un communiqué commun « la lourdeur, les contraintes administratives et juridiques et l’absence de lisibilité » du développement professionnel continu (DPC). Ils jugent qu’il « ne permet pas d’accompagner le développement des équipes » de professionnels des soins primaires sur le terrain, qu’ils soient médecins généralistes, pharmaciens, infirmiers, dentistes, kinésithérapeutes ou pédicures-podologues.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte