Première année d’études de santé

Le pari réussi d’une rentrée inédite  Abonné

Publié le 06/01/2011
Reportée à la rentrée 2010, la première année commune aux études de santé est effective depuis l’automne dernier. Si quelques inévitables couacs sont apparus, cette toute première rentrée s’est, dans l’ensemble, passée pour le mieux. La réforme doit maintenant tenir son objectif prioritaire : limiter l’échec et l’impact d’une sélection qui reste drastique.
Plus de 50 000 étudiants ont essuyé les plâtres de la réforme

Plus de 50 000 étudiants ont essuyé les plâtres de la réforme
Crédit photo : S Toubon

ON L’ATTENDAIT pour 2009, la première année d’études de santé (PAES) est arrivée en 2010. Depuis la dernière rentrée universitaire, à l’automne, les futurs pharmaciens, médecins, dentistes et sages-femmes font amphi commun. Au total, près de 50 000 étudiants ont ainsi essuyé les plâtres de cette réforme initiée en 2008 par le ministère de l’Enseignement supérieur. Son objectif prioritaire est de limiter le terrible gâchis humain à l’entrée des filières de santé, en prévoyant des passerelles de réorientation. Voilà de quoi satisfaire les étudiants.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte