HUMEUR

École paternelle  Abonné

Publié le 14/02/2013

Une députée dont, charitablement, je tairai l’identité, suggère que l’école maternelle change de nom. Mais pourquoi, grands dieux ? Parce que la dénomination actuelle, si j’ai bien compris, élimine le rôle du père dans l’éducation des tout-petits et que le souci d’égalité doit primer sur la tradition. Papa ayant les mêmes droits et devoirs que maman, l’école maternelle doit devenir le lieu neutre, ou asexué, ou androgyne qui siérait aux Robespierre de l’éducation. Et la tendresse, alors ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte