Un poison pour rats

Un poison pour rats

29.03.2012

Cette histoire eut une suite. L’équipe de Link, travaillant sur les anticoagulants oraux, testa de nombreux dérivés coumariniques. En 1945, l’un d’eux, près de dix fois plus puissant que le dicoumarol, fut synthétisé et Link imagina l’employer comme… « mort-aux-rats ». Il réussit à convaincre Ward Ross, directeur de la WARF (Wisconsin Alumni Research Foundation), une société pharmaceutique qui avait financé ses travaux, de breveter comme rodenticide ce dérivé de la coumarine qui fut nommé...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
hep C

Hépatite C chronique : les généralistes ont la main

La prescription de deux antiviraux à action directe (AAD) pour le traitement de l’hépatite C chronique est désormais ouverte aux médecins généralistes, comme prévu par le Plan priorité prévention. Jusqu’à présent réservés à... Commenter

Partenaires