Du bon usage du médicament

Improvisation interdite Abonné

Publié le 18/07/2009

S’IL EST UN ART qui supporte mal l’improvisation, c’est bien l’art pharmaceutique. Ceux qui le pratiquent - pharmaciens et préparateurs - le savent. Le bon usage du médicament a sa partition. Et la petite musique qu’on entend au comptoir des officines a toutes les allures d’une fugue de Bach. Belle, harmonieuse et carrée. Et il vaut mieux, car la bonne administration des thérapeutiques n’est pas à l’abri d’une fausse note ! Couper en deux un comprimé gastrorésistant, avaler sa simvastatine avec un jus de pamplemousse, conserver plusieurs semaines une solution antibiotique ou encore découper…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte