Mise en cause d'un conservateur pour produits cosmétiques - Triclosan : pas de sursis à l'exécution de la réalisation d'études cliniques

Mise en cause d'un conservateur pour produits cosmétiquesTriclosan : pas de sursis à l'exécution de la réalisation d'études cliniques

07.09.2017

Par ordonnance du 13 juillet 2017, le président du tribunal de l’Union européenne a rejeté la demande de la société BASF Grenzach de sursis à l’exécution de la réalisation d’études cliniques sur le triclosan, un conservateur pour produits cosmétiques.

La société allemande BASF Grenzach fabrique l’antibactérien triclosan qu’elle a fait enregistrer pour un usage cosmétique au titre du règlement REACH [1]. En raison d’inquiétudes relatives aux propriétés de persistance, de bioaccumulation et de toxicité de ce produit, ainsi qu’aux perturbations endocriniennes qu’il est susceptible de créer, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a ordonné à BASF Grenzach, par décision du 19 septembre 2014, de fournir des...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
besset

« Continuez à substituer, même en cas d'égalité des prix ! »

Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), appelle les confrères à continuer la substitution, même en cas d'alignement des prix du princeps sur les génériques, « pour la survie de... 7

Partenaires