À la Une - Rétrocession : les groupements veulent rebattre les cartes

À la UneRétrocession : les groupements veulent rebattre les cartes

Marie Bonte
| 22.06.2017

Le répit aura été de courte durée. Un peu plus d’un an après leur charge contre les pratiques commerciales des laboratoires, les groupements reviennent en force. Six d’entre eux viennent de créer le C6, une association dont l’objectif est de rendre les centrales d’achats incontournables dans les négociations avec les fournisseurs. Ces méthodes ne parviennent cependant pas à convaincre une partie de la profession, encore favorable à la rétrocession, pourvu qu’elle soit réglementée.

  • rétrocession

Ça sonne comme un G 20, ou un G 7. Désormais, les groupements ont eux aussi leur sommet, baptisé C6. Cette association vient d’être créée par six d’entre eux (1) totalisant plus de 6 000 pharmacies, soit près d’un tiers du maillage officinal.

Structure transverse, le C6 est destiné à conduire les négociations d’achats pour leurs sociétés de regroupement à l'achat (SRA) et leurs centrales d'achats pharmaceutiques (CAP) respectives. Une nouvelle tentative des groupements pour...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ns

À la Une Les bugs du NS Abonné

Depuis le 1er janvier, sur les réseaux sociaux, chacun s’épanche sur les difficultés rencontrées concernant les nouvelles règles du non substituable (NS), partage des anecdotes et situations plus ou moins cocasses, et n’hésite pas à appeler à l’aide les confrères en cas d’impasse. 1

Partenaires